Générations Complices

Association Intergénérationnnelle

Tisser des Liens

De l’action de proximité à la volonté d’essaimer...

C’est en 1989 que l’idée intergénérationnelle naît à Wasquehal. Un échange entre une classe de l’école Charles de Gaulle de Wasquehal et les résidants d’un foyer, autour des représentations théâtrales de la Manivelle Théâtre, provoque l’envie de rencontres plus fréquentes pour contrer l’organisation clivée de notre société.  

De cet engouement, un petit groupe théâtre composé de mamies et d’enfants s’improvise en 1990. La même année, quinze grands-parents accompagnent une trentaine d’enfants en voyage de classe. L’année suivante, les grands-parents font leur entrée dans les classes : ils participent aux ateliers d’expression artistique, apportent un soutien scolaire…

L’école Charles de Gaulle se pique au jeu et se prend tellement d’affection pour les papys et les mamies que l’intergénération devient projet d’école en 1993 ; ce qui permet aux aînés d’animer des après-midi sur l’histoire de France, de prendre part à la fête de fin d’année et d’accompagner un voyage en Europe. Une chorale, « Les Quatre Saisons », naît de leur passion commune pour le chant et s’installe à la résidence « Quiétude ».

Les années 1994-1997 marquent les premiers vrais pas de l’association. En 1994, les statuts sont déposés et Grandparenfant décide d’embaucher des professionnels  pour accompagner l’action des bénévoles de plus en plus nombreux. Elle prend aussi le parti de communiquer sur son action pour essaimer l’intergénération au loin et la porter comme un projet de société, un projet politique.

Les mêmes années voient naître le journal « Horizons », connaissent les premières participations à la Semaine bleue de Wasquehal et la création du concept d’Estamémoire.

Dès 2001, grâce à la communication et à la participation des militants à diverses rencontres nationales, Grandparenfant apparaît dans les médias, ce qui apporte une reconnaissance à son action. Celle-ci est également valorisée en 2001 par la création d’une pièce musicale et théâtrale « Douce France », une fresque historique composée par les bénévoles aidés de quelques professionnels du théâtre.

Ce qui a progressé au fil des années suivantes, c’est la recherche de nouveaux partenariats et l’accueil d’un public plus large. L’association s’est en particulier rapprochée de lycées et collèges pour tisser des liens durables avec des adolescents.

Riche de son expérience, Grandparenfant a entrepris depuis plusieurs années «l' essaimage », c’est-à-dire la transmission de son expérience en initiatives intergénérationnelles à d’autres territoires : depuis 2003, organisation d’actions sur diverses communes de la Métropole (Croix, Mouvaux, Tourcoing, Roubaix et au lycée Zola de Wattrelos, plus récemment Lannoy), soutenues par le Conseil Régional du Nord – Pas de Calais.

A l'Assemblée Générale de ce 18 mars 2011, par vote des adhérents sur proposition des membres du conseil d'administration, GrandParenfant est devenue Générations complices.