Générations Complices

Association Intergénérationnnelle

Tisser des Liens

    Certains ont mal vécu le confinement. Vivre enfermé dans un appartement sans balcon avec 2,3,4 enfants à occuper, ça n'a pas du être rose tous les jours. Et pendant cette période, j'ai bien pensé à toutes ces familles, parce que moi, je fais partie des privilégiés.
C'est vrai, j'ai de la chance. J'ai un jardin. Durant ces deux mois, j'en ai bien profité. Je me suis occupée à enlever les herbes sauvages, à faire des plantations et à ré-agencer mon tout petit "domaine". Et croyez moi, ça prends du temps!
Le matin et le soir, je promenais ma chienne,Ozine. Durant ces balades, j'appréciais le calme qui régnait sur Wasquehal. J'écoutais les oiseaux qui m'offraient leurs concerts printaniers. Ça chantait dans tous les coins. Ils étaient heureux et moi aussi.
J'ai remarqué durant mes courtes sorties, combien les gens avaient besoin de communiquer. Cela fait prés de 50 ans que j'habite au Capreau et jamais dans mes souvenirs, je n'ai eu autant de sourires, autant de "bonjour!", autant de "comment allez-vous?"
J'ai essayé de garder le contact avec le plus de personnes que j'estime, que j'aime. J'en ai oublié, c'est sûr! Mais ce n'est pas fini, je continue! Les réseaux sociaux m'ont aidé aussi garder le lien.

C'est vrai que le confinement fut une drôle de période, mais je ne veux qu'en retenir le meilleur: La solidarité qui s'est étendue dans Wasquehal et dans la France, des liens qui se sont créés ou resserrés, la prise de conscience pour des valeurs un peu oubliées et pour la trêve que notre Belle Terre a connu.     
                                                                                                                                                                                                      Monique.