Générations Complices

Association Intergénérationnnelle

Tisser des Liens

Le Jeudi 08 Octobre, dans le cadre de la Semaine Bleue, une dizaine de bénévoles et des élèves de deux classes du collège Calmette accompagnés de leurs professeurs M. Plouchard et M. Demailly sont allés au Méliès pour voir la projection du film « Les souvenirs ».
Cette comédie intergénérationnelle réaliste, drôle et quelquefois cruelle a captivé l’ensemble du public : rire, émotion palpable.

Thème du film

Romain, 23 ans, aime sa grand-mère et c’est réciproque. Il est triste de la voir malheureuse quand son père décide de la placer en maison de retraite, mais elle disparait pour revivre quelques beaux moments en Normandie, sa ville natale. N’a-t-on pas le droit de choisir et de décider sa vie ?
Préalablement, ce film avait été présenté par le biais de clés de lecture par les bénévoles de l’association dans les classes au collège ; un bilan sera fait  pour recueillir les réactions du jeune public.
Un commentaire d’une personne âgée ayant vu ce film :

 

«  Je suis allée voir le film « Les souvenirs » avec les élèves du collège Calmette. Ce film m’a bouleversée par sa réalité : c’est ce que je vis actuellement. Après un A.V.C qui m’a laissé de petites séquelles, j’ai voulu rentrer chez moi, ma maison étant adaptée à mon état. J’ai été soutenue par mes filles mais mes fils ne voulaient pas que je rentre préférant me voir en maison de retraite. Comme Annie Cordy, j’avais envie de crier avec elle « je peux quand même faire ce que je veux », je suis encore « quelqu’un ».
La liberté est une chose très importante pour les personnes âgées et elle les aide à rester vivantes. La scène où Annie Cordy retrouve son école, partage avec les enfants ses souvenirs, me permet de mettre en parallèle ce que je vis grâce à mes engagements dans les associations où je me sens encore utile, où je reçois des autres, où je peux partager, continuer à être moi-même. Le rôle du petit fils m’a aussi émue et on perçoit tout le bien que cela fait pour l’un comme pour l’autre.
Ce film m’a aussi aidée à comprendre le fossé qui existe entre les générations. Je ne me suis pas sentie représentée par les vieux du film. C’est probablement comme cela que les jeunes perçoivent les vieux. Mais l’écoute attentive des jeunes et leurs rires mêlés aux nôtres m’ont rassurée.
C’est pourquoi je suis sortie émue mais j’ai encore plus mesuré la richesse de l’intergénérationnel et le bonheur de partager quelques moments privilégiés qui nous aident à faire face et qui interrogent sur le rôle des uns et des autres.