Générations Complices

Association Intergénérationnnelle

Tisser des Liens

Le mot estamémoire a été formé à partir du mot "Estaminet", et du mot "mémoire"...  : c'est un moment de rencontre et d'échanges entre les générations sur un thème donné qui permet de communiquer sur les expériences de personnes de tous âges. Ainsi se crée un vécu continu et une interactivité là où notre société crée du cloisonnement, de l’enfermement et de l’incompréhension.

Générations Complices mène chaque année plusieurs estamémoires à Wasquehal. Les thèmes sont souvent choisis  par la ou les classes du collège qui y participent avec leur professeur.

Vaste sujet pour cet estamémoire du samedi 19 avril 2014 ! Il n'y avait pas de jeunes présents dans la salle, mais une équipe de Générations Complices l'avait préparé au collège dans une classe de 6e à la demande de Monsieur Plouchart, professeur d'histoire et d'éducation civique. Celui-ci donna d'abord une définition , puis présenta une petite recherche historique sur la tolérance, ou plutôt sur l'intolérance et ses conséquences au fil des siècles. La plupart ayant pour origine des différences. Puis chacun fut invité à donner son avis et des exemples de vie illustrant la tolérance. On constata que, comme pour l'usinage de pièce en industrie, il faut une certaine tolérance, sinon ça ne marche pas... Que l'on soit tolérant ou franchement intolérant, nous avons toujours de bonnes raisons pour défendre notre point de vue...

ancien telephoneC'est donc pour parler communication que nous nous sommes retrouvés ce samedi 7 décembre. Jeunes et moins jeunes (dont une forte représentation de la résidence Sergheraert) ont échangé à partir de mots tels que téléphone, pigeon, morse, braille, télégramme, lettre et carte postale ... Puis Vincent, un jeune qui a étudié le langage des sourds nous l'a présenté : nous avons été très surpris de découvrir  que son existence légale est tout récente ! Ensuite, nous avons évoqué les nouveaux moyens de communication : portable, SMS, emails. Nous découvrons avec stupeur que les jeunes envoient un nombre incroyable de textos sur une journée. Mais est-ce vraiment communiquer ? "J'ai 1 000 amis sur internet, mais est-ce que je connais mon voisin ?" Par internet, iI y a la "protection" de l'écran : on n'est pas face à la personne, ce n'est pas la même relation : ce sont plutôt des "contacts", pas souvent des amis... Tous ces nouveaux moyens technologiques sont des instruments merveilleux pour l'information, mais informer, est-ce communiquer ?  La "surconsommation" de ces nouvelles technologies, finalement, n'empêche-t-elle pas la communication ? Peut-être pas si on garde toujours présent à l'esprit le respect de l'autre, comme nous a dit Noé. 

 

Ce samedi 5 octobre 2013 a eu lieu l'estamémoire sur le thème de la citoyenneté à la bourloire.