Générations Complices

Association Intergénérationnnelle

Tisser des Liens

Le mot estamémoire a été formé à partir du mot "Estaminet", et du mot "mémoire"...  : c'est un moment de rencontre et d'échanges entre les générations sur un thème donné qui permet de communiquer sur les expériences de personnes de tous âges. Ainsi se crée un vécu continu et une interactivité là où notre société crée du cloisonnement, de l’enfermement et de l’incompréhension.

Générations Complices mène chaque année plusieurs estamémoires à Wasquehal. Les thèmes sont souvent choisis  par la ou les classes du collège qui y participent avec leur professeur.

Ce n’était pas vraiment un Estamémoire mais plutôt une conférence-débat sur l’autisme. Les bénévoles de Générations Complices qui se sont dérangés pour assister à cette réunion, n’ont pas regretté de s’y être rendus.

Oeuvre sur l'autisme 01Ils ont fait connaissance d’une femme très attachante et très intéressante. Elle est professeure d’élèves autistes et peintre. Ses peintures illustrent les différentes pathologie de ce handicap, les états d'âme que pourraient avoir ces enfants et ceux de leurs parents. Elle a expliqué combien c’est compliqué de se faire accepter par ces enfants, mais aussi combien ceux-ci sont extraordinaires : Une jeune de ses élèves est capable, rien qu’en entendant le clic que fait un cd quand on l’insère dans le lecteur, de savoir ce qu’est le cd en question. Elle a fait, aussi, comprendre que parfois les jugements sont hâtifs, comme par exemple, lorsqu’un enfant hurle ou se roule par terre dans un supermarché, on se dit : « Quel sale gosse ! ». L’autisme ne se voit pas sur l’enfant comme d’autres handicaps et parfois ce comportement est dû au fait qu’un changement s’est opéré dans le magasin.et que l’enfant se sente agressé et désorienté.Oeuvre sur l'autisme 02

Les deux heures trente passées avec ce professeur furent riches et pleines d’émotions. Mickaëlla a fait prendre conscience combien cette non-communication est pénible pour l’enfant, pour les parents et pour l’entourage et aussi combien on est ignorants face à l’autisme.

Cependant, un système de tutorat entre enfant autiste et enfant du lycée, a été instauré. Le lycéen aide l’enfant autiste dans ses devoirs, dans sa vie scolaire (supervisé par le professeur). Et c’est, certainement grâce à ces ados que chacun prendra conscience de ce handicap. Là, l’intergénération a tout son sens, car dans cette démarche, ce sont les jeunes qui créeront des liens entre jeunes et moins jeunes.

Samedi 2 Juin, c'est tenu dans la grange de la ferme Dehaudt, dans le cadre de la fête de l'Ours Blanc, un Estamémoire sur le théme: Les jeux à travers nos loisirs.

Le temps radieux et les activités liées à la fête ont desservi cette rencontre. En effet, peu de monde a assisté à celle-ci. Cependant, même si l'assistance était clairsemée, des échanges ont eu lieu sur la façon de jouer , hier et aujourd'hui. Certains jeux ont traversé le temps pour évoluer et toujours distraire nos chéres petites têtes blondes comme la toupie par exemple et d'autres jeux ont traversé les continents: ce que nous appelons "la marelle" en Chine s'appelle:"la maison qui saute"( témoignage de ZHONG, jeune étudiante qu'accompagnait Yves).

 La durée de l'Estamémoire fut raccourcie pour des raisons d'horaires de transport. Le temps, dans tous les sens du terme, n'a pas joué en faveur de cet échange qui aurait pu être trés riche en d'autres circonstances.

 Les vacances approchent et de ce fait, les Estamémoires seront suspendus durant cette période. Nous vous tiendrons au courant  pour celui qui aura lieu fin Septembre ou début Octobre.

La commission Estamémoire vous souhaite à tous et à toutes, de trés bonnes vacances.

  

 Générations Complices a choisi pour valoriser Les Estamémoires de les conter. Mercredi 9 Mai, Thierry Moral et Sébastien Naert ont proposé une mise en bouche avant le grand jour.

 

Gisèle est émue. Ce soir là, elle revit les Estamémoires des cinq dernières années. Elle revoit les visages des témoins d'un jour et ce, grâce au talent du conteur Thierry Moral et du dessinateur Sébastien Naert.

 

A l'origine de cette idée? Les adhérents de l'association Générations Complices qui ont souhaité valoriser les Estamémoires à leur manière." Il nous est apparu indispensable de restituer, peut-être de façon ludique, culturelle ou pédagogique, cette richesse enregistrée qu'est cette merveilleuse parole de ceux et celles qui, peut-être croyaient n'avoir rien à dire ou à qui on ne donne pas souvent l'occasion de s'exprimer", a expliqué Michel Renard, le président de l'association.