Générations Complices

Association Intergénérationnnelle

Tisser des Liens

C'est par une scènette illustrant la violence verbale, interprétée par Michel et Thérése, qu'a commencé l'Estamémoire, samedi au 41 avenue de Flandre à Wasquehal.
Le ton était mis: c'est la violence des mots qui sera évoquée. Les mots qui blessent, qui marquent parfois toute une vie et démollissent celui ou celle qui les a entendus, ré-entendus et entendus encore.
Subir des brimades verbales, c'est subir une violence insidieuse et destructrice. Certaines personnes l'ont évoquée et ce partage douloureux à fait surgir dans l'assemblée, un élan collectif, non pas de compassion, mais un élan d'amour envers ces êtres qui ont souffert ou qui souffrent encore.
Beaucoup sont repartis en ayant conscience qu'il fallait combattre la violence sous toutes ses formes en commençant par la vigilance dans ses propos.
Si les Estamémoires sont des moments de partage, ce dernier fut un moment fort de partage de vie et d'amour. Pour une fois la violence n'a pas engendré la violence mais son contraire et c'est tellement mieux !!!

dsc04952dsc04983dsc04985dsc04993